Glossaire

You are here

A

Anomalies
Représentent l'écart entre des mesures et/ou des prévisions et les valeurs climatologiques à long terme. Les anomalies décrivent de combien une grandeur diffère de son état normal.

B

Biais
La différence moyenne entre les valeurs de prévision et les observations à long terme. Alors que la précision est toujours positive, le biais peut être positif ou négatif suivant la situation.

C

Calibration
En prédictions climatiques, cette procédure permet de rendre fiables des prévisions. Ceci se fait souvent aux dépends du coût de calcul et des performances des prévisions.
Climat
Le climat, au sens strict, est habituellement défini comme le 'temps qu'il fait' moyen ou, de manière plus rigoureuse, comme la description statistique en termes de moyenne et de variabilité de grandeurs significatives sur une période de temps allant de quelques mois à des milliers ou millions d'années. La période communément choisie pour la moyenne de ces variables est de 30 ans, comme le définit l’Organisation Météorologique Mondiale. Les grandeurs significatives sont souvent des variables de surface (par exemple au niveau du sol) comme la température, les précipitations et le vent. Le climat, au sens plus large, est l'état, incluant une description statistique, du système climatique.
Climatologie
Elle peut être définie comme la science du climat, mais est aussi utilisée pour parler de l'état moyen, comme une donnée de référence sur la période étudiée. Par exemple une climatologie est souvent prise comme la valeur moyenne d’un mois donné par example entre 1961 et 1990.
Confiance
La validité d'un résultat est basée sur le type, la quantité, la qualité et la cohérence des preuves (c’est-à-dire la compréhension des mécanismes en jeu, la théorie, les observations, les modèles numériques, l'avis des experts…) et sur un certain degré de consensus. La confiance s'exprime qualitativement (Mastrandrea et al., 2010).
Correction de biais
Méthode permettant de calibrer les simulations numériques pour s'assurer que leurs propriétés physiques sont similaires à celles des valeurs observées correspondantes.

D

Descente d'échelle
Cette méthode permet de déduire des informations à l'échelle locale (de 10 à 100 km) à partir de modèles ou d'analyses de données à plus grande échelle. Il existe deux grandes familles de descentes d'échelle : la dynamique et la statistique/empirique. La méthode dynamique utilise les sorties de modèles de climat régionaux, des modèles globaux à la résolution spatiale ajustable ou des modèles globaux à haute résolution. La méthode statistique/empirique développe des relations statistiques qui lient les variables atmosphériques à grande échelle aux variables climatiques régionales ou locales. Dans tous les cas, la qualité du modèle à plus grande échelle utilisé reste une limitation importante de la qualité de l'information obtenue par la descente d'échelle.

E

Ensemble
Une collection de simulations numériques caractérisant une prévision climatique (ou projection). Des différences dans les conditions initiales et dans la formulation des modèles aboutissent à des évolutions différentes des systèmes modélisés et peuvent donner des informations sur l'incertitude associée aux erreurs de modélisation, aux erreurs de conditions initiales et à la variabilité naturelle du climat.
Evénement extrême (météorologique ou climatique)
La fréquence d'occurrence d'une valeur d'une variable météorologique ou climatique au-dessus (ou en-dessous) d'un seuil situé près de la limite supérieure (ou inférieure) de la distribution des valeurs observées de cette variable.

F

Fiable
Caractéristique d'un système de prévisions pour lequel les probabilités d’occurrence d'un événement spécifique sont égales aux fréquences d’occurrence climatiques de cet événement. Un système fiable qui prévoit, par exemple 50 % (ou 20 %, 73 %) de probabilité de pluie, doit en moyenne être correct 50 % (ou 20 %, 73 %) du temps, pas plus pas moins.
Fonction de densité de probabilité
C'est une fonction qui donne les probabilités d'occurrence de différentes valeurs d'une ou plusieurs variables. Son intégrale sur tout le domaine de définition de la variable vaut 1. Son intégrale sur un sous-domaine est égale à la probabilité que la variable prenne une valeur comprise dans ce sous-domaine. Par exemple, la probabilité qu'une anomalie de température définie de manière particulière soit positive est obtenue en intégrant sa fonction de densité de probabilité sur toutes les valeurs positives possibles de cette anomalie de température.

H

Habileté
Elle mesure le succès d'une prévision par rapport à une information basée sur les observations. Une mesure seule ne pouvant synthétiser tous les aspects de la qualité d'une prévision, une série de mesures est réalisée. Les métriques seront différentes que l'on évalue une prévision déterministe ou probabiliste.

I

Incertitude
Signifie un manque de précision ou que la valeur exacte à un temps donné n'est pas prévisible, mais n'implique généralement pas un manque de connaissance. Souvent, l'état futur d'un processus ne peut être prévu, comme un jeté de dé, mais la probabilité de le trouver dans un certain état peut être bien connue (la probabilité d'obtenir un 6 est 1/6 et d'obtenir 'pile' avec une pièce est 1/2). En science du climat, le dé peut être pipé et la communauté scientifique fera référence à une incertitude même si elle connaît parfaitement les probabilités. Les incertitudes peuvent être modélisées statistiquement en termes de fonctions de distribution, théorie des valeurs extrêmes et modèles de séries chronologiques stochastiques.
Inondation
Le débordement hors des limites normales d'un ruisseau ou tout autre cours d'eau ou l'accumulation d'eau sur des zones normalement émergées. Les inondations incluent les inondations de rivière, dites fluviales, les crues éclairs, les inondations urbaines, les inondations dues à la pluie, la saturation des réseaux d’égouts, les inondations côtières et les vidanges brutales de lacs glaciaires.

M

MCG
Les Modèles Climatiques Mondiaux (ou GCM en anglais) sont des programmes informatiques utilisés pour résoudre une ensemble d'équations mathématiques décrivant les lois de la physique intervenant dans la circulation océanique et atmosphérique, la distribution de chaleur et l'interaction entre radiations électromagnétiques, gaz atmosphériques et aérosols. Les modèles climatiques représentent une mise en œuvre de notre savoir théorique du système climatique, décrivant les interconnexions entre processus. Ils sont constitués de différents modules décrivant l'atmosphère, les océans, la banquise, la neige, les continents et conceptualisent le monde par une juxtaposition de boîtes.
Modèles climatiques régionaux
Modèle climatique à haute résolution couvrant une zone limitée. De tels modèles peuvent être utilisés pour raffiner les prévisions numériques globales sur des régions spécifiques.

O

Oscillation australe-El Niño (ENSO)
Le terme El Niño servait initialement à décrire un courant d'eau chaude qui coule périodiquement le long des côtes d’Équateur et du Pérou, ce qui perturbait les pêcheurs locaux. Il a depuis été identifié comme le réchauffement d'un large bassin de l'océan Pacifique tropical, à l'est de la ligne internationale de changement de date. Cet événement océanique est associé à la fluctuation de pression de surface sur la bande tropicale et subtropicale appelée oscillation australe. Ce phénomène couplant océan et atmosphère, a une fréquence comprise entre 2 et 7 ans environ et est communément appelé oscillation australe-El Niño. Il est souvent mesuré par la différence d'anomalies de pression de surface entre Darwin (Australie) et Tahiti et par les températures de surface de la mer dans l'océan Pacifique équatorial central et oriental. Pendant un événement ENSO, les alizés dominants faiblissent, réduisant les remontées d'eau et modifiant les courants océaniques de telle manière que les températures de surface de la mer augmentent, affaiblissant d'avantage les alizés. Cet événement a un fort impact sur les vents, les températures de surface de la mer et les précipitations dans l'océan Pacifique tropical. Il a également un impact sur le climat de toute la région Pacifique et de nombreuses autres régions du monde, à travers des connexions à distance à grande échelle. La phase froide d'ENSO est appelée La Niña.
Oscillation Nord-Atlantique (ONA)
Un motif géographique récurrent de pression au niveau de la mer moyenne sur la région Nord-Atlantique caractérisé par des valeurs faibles sur l’Islande et des valeurs fortes sur la région Açores/Lisbonne. L'ONA exprime la variabilité du climat vis-à-vis des variations à grande échelle de température et de précipitations sur l'Europe du Nord.

P

Pertinence statistique
Elle décrit la vraisemblance d'une observation ou d'un résultat d'être dû au hasard. Elle est souvent utilisée avec une hypothèse nulle (une autre explication, en générale telle qu'il n'y a pas de corrélation ou de lien de causalité) et donne la probabilité que l'hypothèse nulle soit correcte.
Projection
C'est une évolution possible d'une quantité ou d'un ensemble de quantités, souvent calculée à l'aide d'un modèle climatique. Contrairement aux prévisions, les projections reposent sur des hypothèses concernant le développement socio-économique et technologique mondial, les scénarios d’émissions ou de concentration en gaz à effet de serre et aérosols ou les scénarios de forçage radiatif.
Précision
Distance moyenne entre un ensemble de mesures et la 'vraie' valeur de l'objet mesuré. Pour une prévision climatique, ce peut être la distance moyenne entre un ensemble de prédictions et l'estimation d'une référence observée.
Prévisibilité
Le fait que les états futurs d'un système peuvent être prévus en se basant sur la connaissance des états passé et présent du système. Dans la mesure où les états passé et présent du système climatique sont généralement connus de manière imparfaite, tout comme sont imparfaits les modèles utilisés pour produire ces prévisions climatiques, et dans la mesure où le système climatique est non-linéaire et chaotique, la prévisibilité du système climatique est, de fait, limitée. Même avec des modèles et observations précis, il y aurait des limites à la prévisibilité d'un tel système non-linéaire (AMS, 2000).
Prévision a posteriori
Une prévision faite sur une période passée utilisant seulement l'information disponible avant le début de la prévision. Un jeu de prévisions a posteriori peut être utilisé pour corriger le biais et/ou calibrer la prévision. Il peut également servir à mesurer les qualités du modèle.
Prévision climatique
C'est le résultat d'une tentative de générer (en partant d'un état particulier du système climatique) une estimation de ce que sera le climat futur, à l’échelle saisonnière, interannuelle ou décadaire par exemple. L'évolution futur du système climatique pouvant être très sensible aux conditions initiales, de telles prévisions sont habituellement probabilistes par nature. Voir aussi Projection climatique, Scénario climatique, Initialisation de modèle et Prévisibilité.
Prévision probabiliste
Une prévision qui spécifie la probabilité d'occurrence d'un ou plusieurs événements futurs. Ces informations probabilistes sont élaborées à partir d'un système de prévision numérique appelé 'prévision d'ensemble'.
Prévisions
Une prévision climatique est une proposition concernant la future évolution de certains aspects du système climatique.
Prévisions rétrospectives
Une prévision faite sur une période passée en utilisant uniquement l'information disponible avant le lancement de la prévision. Un jeu de prévisions a posteriori (hindcasts en anglais) peut servir à débiaiser et/ou calibrer la prévision et/ou donner une mesure de ses performances.

Q

Quantité de retour
Valeur extrême (maximale ou minimale) estimée d'une variable donnée, susceptible d'être dépassée en moyenne une seule fois sur une période de temps donnée (10 ans par exemple). Cette période de temps est appelée durée de retour.

R

Risque
Il est souvent défini comme le produit de la probabilité d'un événement par la sévérité de ses conséquences. En termes statistiques, il peut être exprimé comme Risque(Y) = Pr(X) C(Y|X), où Pr est la probabilité, C le coût, X une variable décrivant l'intensité de l'événement et Y un secteur ou une région.
Réanalyses
Ce sont des estimations historiques (passées) de grandeurs climatiques atmosphériques, hydrographiques ou autres, générées par le traitement de données concernant le climat passé en utilisant des modèles de prévisions météorologiques ou des modèles de circulation océanique avec assimilation de données.

S

Score d'habileté
C'est une mesure relative de la qualité d'un système de prévision par rapport à une référence ou une prévision de référence (par exemple une climatologie).
Services climatiques
Les services climatiques assurent la production, le transfert et l'utilisation du savoir concernant le climat au profit de la prise de décision et de la mise en place de politiques et planification.
Simulations numériques climatiques
Ce sont des solutions approchées de jeux d'équations qui représentent les processus les plus significatifs pour décrire le système climatique. Les modèles climatiques peuvent avoir des niveaux de complexité très différents. Les plus élaborés semblent pouvoir reproduire de manière réaliste les phénomènes clés météorologiques et climatiques.

T

Temps de prévision
C'est l'heure pour laquelle une prévision est faite. Ce peut être un intervalle de temps.
Tendance
Evolution à long-terme, comme le changement climatique. L'analyse des tendances est utilisée pour décrire les tendances et peut impliquer des régressions temporelles linéaires ou multiples, comme la covariance. Un modèle de tendance peut être un trait droit (linéaire) ou plus complexe (polynomial) et le taux de variation à long terme peut être décrit comme la dérivée temporelle du modèle de tendance.
Théorie
Un fait bien établi, concernant les lois physiques et les interactions. Ceci inclut la physique quantique, la relativité générale et restreinte, les lois de Newton, la loi des gaz parfaits, la thermodynamique, l’électromagnétisme, la conservation de la masse et de l’énergie, les vérités mathématiques. Alors que les théories sont vues comme des faits, les hypothèses sont plus provisoires et spéculatives et ne sont pas aussi bien établies.

V

Variabilité climatique
La variabilité climatique fait référence aux variations par rapport à l'état moyen et à d'autre statistiques (comme la déviation standard, la fréquence d’occurrence des extrêmes…) du climat à toutes les échelles de temps et d'espace, au-delà des événements météorologiques individuels. La variabilité peut être due aux processus naturels internes au système climatique (variabilité interne) ou aux variations des forçages extérieurs naturels et anthropiques (variabilité extérieur). Voir aussi Changement climatique.
Vraisemblance
Une estimation probabiliste de l'occurrence d'un événement ponctuel ou d'un résultat, un paramètre climatique ou une tendance observée par exemple. La vraisemblance peut être basée sur des analyses statistiques ou numériques ou d'autres analyses quantitatives.

A propos

En produisant des prévisions saisonnières de débit des rivières aux périodes clé, le prototype RIFF vise à aider les utilisateurs à mieux anticiper les évolutions de la ressource en eau et réduire les risques de sècheresse ou d'inondation.